Solutions visant l’amélioration des conditions de santé et de sécurité des poseurs de revêtements de sol

La pose de revêtement de sol se divise en différentes spécialités : céramique, bois et revêtement souple. C'est ce dernier secteur qui nous intéresse, soit la pose de tapis (accrochés ou collés; en rouleau, en tuiles) ou de matériaux résilients (linoléum, vinyle, caoutchouc, gazon synthétique, etc.). Le métier de poseur de revêtement de sol est exigeant sur le plan physique (manutention de rouleaux très lourds, travail à genou prolongé, épandage de colle sur de grandes surfaces), mais aussi en matière de savoir-faire à développer. La pose exige de la précision, entre autres, pour ajuster les motifs et effectuer les raccords. Avec les matériaux résilients, le moindre petit défaut se voit. Présentement, un jeune qui complète son diplôme d'étude professionnelle de poseur débutera comme apprenti; il pourra obtenir le plein statut de compagnon après avoir accompli trois périodes de 2 000 heures dûment déclarées (depuis 2014). Les conditions de travail peuvent aussi être difficiles : chaleur, aires de circulations déficientes, contraintes de temps de fin de chantier, etc. Le milieu éprouve actuellement de la difficulté à recruter de la main-d'oeuvre et il s'inquiète du maintien en activité de ses poseurs vieillissants. Présentement, il y aurait 1 200 à 1 600 travailleurs dont la pose est l'activité principale. Ils travaillent essentiellement au sein de très petites entreprises. Intervenir dans un tel contexte représente un grand défi en SST, car les outils et approches sont le plus souvent développés dans le cadre de grandes et moyennes entreprises. On parle donc d'un milieu dispersé qui dispose de peu de ressources, au sein duquel une multitude d'interlocuteurs-organisations s'entrecroisent (fabricants, détaillants, responsables de chantiers, représentants de la Commission de la construction du Québec, enseignants et intervenants des commissions scolaires, etc.), dont le travail est varié, se transforme rapidement et où les risques de développer des problèmes musculosquelettiques aux genoux, au dos, aux épaules, aux mains, aux poignets et aux chevilles sont réputés élevés. Par contre, le milieu peut compter sur des éléments fédérateurs, comme la Fédération québécoise des revêtements de sol (FQRS) et le GROUPE Agr, mutuelle de prévention.

Source: http://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/100858/n/amelioration-sante-securite-poseurs-revetements-sol

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives