2018-01-01 12:00 - Messages

Évaluation de différents protocoles de gestion d’incident et de soutien aux employés après un incident grave

L'industrie ferroviaire canadienne fait régulièrement face à des incidents critiques (IC) associés à des collisions avec des personnes ou des véhicules. Ces incidents peuvent occasionner des blessures graves, ou des décès, parmi les victimes, mais aussi des problèmes de santé mentale chez les ingénieurs et conducteurs opérant les locomotives. Chaque année, environ 20 personnes décèdent lors de collisions avec un train au Québec et une centaine au Canada. À ces incidents mortels s'ajoute un nombre inconnu d'incidents lors desquels des personnes ont été blessées ou des dégâts matériels ont été constatés. La plupart des ingénieurs et conducteurs de train seront exposés au moins une fois dans leur carrière à ce type d'évènement. Ils sont à la fois témoins, victimes, parties prenantes et souvent premiers répondants lorsqu'un tel incident critique se produit.
Quelques études se sont intéressées aux protocoles de gestion d'IC et de soutien (PGICS) offerts par les employeurs et leurs recommandations visaient souvent à mettre de l'avant des pratiques visant à réduire l'impact potentiel des IC sur les employés et à accélérer le retour au travail. Par contre, ces protocoles, même s'ils sont fondés sur des études des conséquences des IC et des besoins des employés, n'ont pas encore fait l'objet d'évaluations empiriques. De telles évaluations sont nécessaires pour déterminer les éléments importants qui génèrent des effets positifs sur la récupération des employés et pour promouvoir les recommandations fondées sur des connaissances scientifiques.
Ce projet vise à évaluer les PGICS déjà en place au Canada dans l'industrie ferroviaire et leurs effets sur les trajectoires de récupération des employés victimes d'un incident critique et de proposer les pratiques clés pour en réduire les effets négatifs.

Source: http://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/100968/n/gestion-incident-soutien-employes-incident-grave

Effets psychologiques et biomécaniques immédiats de deux catégories de ceintures lombaires chez des travailleurs en santé et des travailleurs avec maux de dos

Bien que les ceintures lombaires (CL) soient inefficaces pour prévenir un premier épisode de lombalgie, l'avancement des connaissances soutient leur utilisation chez les travailleurs souffrant déjà de ce mal. Dans la perspective où un retour au travail tardif risque de nuire à la condition de santé des travailleurs, l'option du port de la CL peut potentiellement être avantageuse, car elle pourrait permettre, lors du retour progressif au travail, d'apporter un soutien psychologique afin de rassurer le patient. Cela pourrait donc représenter un outil additionnel, parmi les moyens entrepris pour intervenir sur les facteurs psychosociaux reliés à l'individu et son environnement de travail, pour faciliter ce retour au travail et également pour aider le travailleur à se maintenir au travail. Cependant, il importe aussi que la CL apporte un support biomécanique en matière de stabilité mécanique de la colonne vertébrale lombaire afin de rehausser la sécurité du travailleur. Deux catégories de ceintures souples permettent un niveau suffisant de confort pour être utilisées en milieu de travail, soit les ceintures (1) extensibles (élastiques) ou CL-E; (2) non extensibles ou CL-NE. La présente étude a pour but de comparer ces deux catégories de CL en ce qui a trait aux soutiens psychologique et biomécanique qu'elles prodiguent, cela autant chez des sujets en santé que chez des sujets avec maux de dos (lombalgies). À titre exploratoire, il devenait aussi pertinent de vérifier si différents sous-groupes de sujets lombalgiques, déterminés en fonction d'hypothèses biomécanique (instabilité lombaire) ou psychologique (peurs du mouvement ou de la douleur), présenteraient des effets biomécaniques différents.  Dans la perspective de l'évaluation de l'effet du port d'une CL dans un éventuel essai clinique, il était nécessaire d'évaluer, aussi à titre exploratoire, certaines variables associées à l'adoption à ce type d'intervention.

Source: http://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/100962/n/effets-psychologiques-biomecaniques-ceintures-lombaires-travailleurs-maux-dos

Identifying return-to-work trajectories using sequence analysis in a cohort of workers with work-related musculoskeletal disorders

Objectives: This study aimed to identify return-to-work (RTW) trajectories among workers with work-related musculoskeletal disorders (MSD) and examine the associations between different MSD and these RTW trajectories.
Methods: We used administrative workers' compensation data to identify accepted MSD lost-time claims with an injury date between 2010–2012 in British Columbia, Canada. Cox regression analyses were used to investigate differences in time to RTW between MSD. Validated day-to-day calendar measures of four RTW states (sickness absence, modified RTW, RTW, and non-RTW) were grouped into RTW trajectories spanning a one-year period using sequence analysis. RTW trajectories were clustered using decision rules that identified a shared trajectory structure. Poisson regression with robust standard errors was used to estimate relative risk ratios (RR) with 95% confidence intervals (CI) between MSD and RTW trajectory clusters.
Results: In a cohort of 81 062 claims, 2132 unique RTW trajectories were identified and clustered into nine RTW trajectory clusters. Half of the workers sustainably returned to work within one month. Workers with back
strains were most likely to have trajectories characterized by early sustained RTW, while workers with fractures or dislocations were more likely to have prolonged sickness absence trajectories (RR 4.9–9.9) or non-RTW trajectories (RR 1.4–7.6).
Conclusion: This is the first study that has characterized different types of RTW trajectories of workers with MSD using sequence analysis. The application of sequence analysis and the identification of RTW trajectories
yielded a number of key insights not found using conventional cox regression analysis.

Source: McLeod C., Reiff E., Maas E., Bültmann U. (2017). Scand J Work Environ Health.
http://dx.doi.org/10.5271/sjweh.3701

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Méthodes et types d’études

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives