La notion d’appartenance ethnoculturelle dans la recherche et l’intervention en réadaptation

Au Canada, avec le vieillissement de la main-d’oeuvre et le faible taux de natalité, l’État doit faire appel à l’immigration pour éviter une croissance négative de la population et pour combler les besoins de main-d’oeuvre de l’industrie. Il est rapporté que les immigrants et les personnes issues des minorités ethnoculturelles présentent une vulnérabilité accrue face aux risques liés à la SST et à l’incapacité prolongée. Cependant, très peu de choses sont connues sur les dynamiques
sous-jacentes à ces groupes plus vulnérables, sur l’évolution de leurs conditions de vie, leur état de santé et sur les difficultés auxquelles ils peuvent faire face lorsque survient un épisode d’absence prolongée du travail. L’influence de l’appartenance ethnoculturelle des travailleurs sur le processus de retour au travail ajoute un niveau de complexité aux facteurs qui sont déjà reconnus en réadaptation (déterminants de l’incapacité et du retour au travail), mais elle a été
relativement peu étudiée dans le contexte. Ce bilan de connaissances a permis d'identifier et décrire les thématiques qui émergent des travaux de recherche et explorent les questions relatives à l’influence de l’appartenance culturelle sur le processus de réadaptation et de retour au travail.

Source : Côté, D.. La notion d’appartenance ethnoculturelle dans la recherche et l’intervention en réadaptation: un bilan des connaissances. Bilans de connaissances / Rapport  B-080, Montréal, IRSST, 2012, 68 p. http://www.irsst.qc.ca/-publication-irsst-la-notion-appartenance-ethnoculturelle-dans-la-recherche-et-intervention-en-readaptation-b-080.html

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Méthodes et types d’études

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives