2010-12-01 12:00 - Messages

Exposition à des moisissures dans le milieu hospitalier et dans des usines de production de biogaz

Intérêt des protections individuelles et collectives
Les champignons filamenteux se développent de manière ubiquitaire sur de nombreux substrats organiques. Les spores se retrouvent dans les poussières et sont souvent inhalables. De plus en plus de données scientifiques pointent l'inhalation de moisissures comme cause d'allergie respiratoire ou cutanée aussi bien dans l'environnement (maisons insalubres) que dans le milieu du travail, notamment dans les industries de compostage de matière organique ou de fabrication de bioéthanol. La contamination peut aussi avoir lieu via les systèmes d'air conditionné. Les spores par elles-mêmes engendrent des effets toxiques à l'origine d'allergie. De plus, elles produisent des toxines. Les risques de développement de moisissures dans l'air inspiré sont bien connus en milieu hospitalier et plus particulièrement chez les personnes immunodépressives. Néanmoins, la présence des ces éléments fongiques en milieu de travail est responsable de rhinites, toux et problèmes dermatologiques, chez les travailleurs non immunodéprimés. Notre note portera sur la contamination de l'air en milieu hospitalier et dans un laboratoire de mycologie ainsi que sur les risques liés à l'air conditionné. Le dernier article relatera les effets subis par les travailleurs lors du compostage et de la fabrication de bioéthanol.

Source : Bulletin de veille scientifique, No 11, novembre 2010, p. 59-62.

http://www.afsset.fr/upload/bibliotheque/721374522815676249234722701585/Bulletin_Veille__Scientifique_Anses_11_BVS_11.pdf

Avancée dans la prévention des « chutes de plain-pied » au travail

Proposition de définition opérationnelle d'une nouvelle classe : « les Accidents avec Perturbation du Mouvement (APM) »
À l'échelle internationale comme sur le plan national, la chute de plain-pied reste un accident du travail fréquent et grave qui touche tous les secteurs d'activité.
Les données du BLS (Bureau of Labor Statistics) aux États-Unis indiquent que les « slips, trips and falls » (c'est-à-dire les glissades, trébuchements et chutes) sont à l'origine de 22 % des lésions non mortelles occasionnant des jours d'arrêt de travail. Le taux de fréquence de ces accidents, lorsqu'ils se produisent de plain-pied, est de 35,2 pour 10 000 équivalents temps plein parmi le personnel hospitalier alors qu'il est de 20,2 pour 10 000 équivalents temps plein si on considère l'ensemble des autres industries privées (Bell et coll., 2008).

Pistes, vol. 12, no 3, novembre 2010.

Source : http://www.pistes.uqam.ca/v12n3/articles/v12n3a6.htm

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives