2013-06-01 12:00 - Messages

Un plan de recherche sur cinq ans

La recherche en santé et en sécurité du travail ne s'effectue pas à l'aveuglette, ni en fonction des inspirations des uns et des autres. Pour optimiser l'avancement des connaissances, une organisation scientifique a besoin d'une boussole, d'un plan d'ensemble qui indique la direction à prendre. En se dotant d'un Plan quinquennal de production scientifique et technique, l'IRSST a ainsi balisé son itinéraire pour les années 2013-2017. Il ne s'élabore pas, non plus, en vase clos. Pour ce faire, nous avons évidemment consulté nos partenaires du monde du travail. Nous avons entre autres cerné les besoins de la CSST, des associations patronales et syndicales, ainsi que des associations sectorielles paritaires. Nos chercheurs, qui sont bien au fait de l'état des connaissances et des tendances en SST dans leur champ respectif, ont aussi grandement contribué à cet exercice.

Pour lui fournir des assises solides, le plan devait aussi s'appuyer sur des cartographies et des profils statistiques des lésions indemnisées et des décès au travail par industrie et par catégorie professionnelle. C'est ainsi que nous avons identifié les besoins d'aujourd'hui et les problèmes persistants qui demandent encore des efforts de recherche. Puis, il faut aussi voir venir. À l'aide de la veille scientifique, nous avons identifié les problématiques en émergence pour déterminer quels sont les risques futurs afin d'être prêt à soutenir les activités de prévention. Ainsi, nous pourrons répondre aux défis d'aujourd'hui, mais aussi à ceux de demain.

Une fois la réflexion terminée, nous avons élaboré des axes et des programmations de recherche pour nos quatre champs : Prévention des risques chimiques et biologiques, Prévention des risques mécaniques et physiques, Prévention durable en SST et environnement de travail, et Réadaptation au travail. Pour chacun d'eux, nous avons déterminé l'état d'avancement des travaux en cours, les programmations thématiques et, évidemment, les développements que l'on prévoit pour les cinq prochaines années. Un exercice semblable a été réalisé par la Direction des laboratoires pour déterminer les futurs développements méthodologiques et par chacune des directions et des services de l'Institut afin que l'ensemble du personnel se sente concerné et adhère à ce plan.

En bout de piste, le plan a été proposé pour bonification à notre conseil scientifique, qui l'a peaufiné, ainsi qu'à notre conseil d'administration qui l'a approuvé. Ce plan quinquennal est public, car il est important d'être transparent afin que nos partenaires autant du monde du travail que du monde de la recherche soient informés de notre vision et de l'impulsion que nous voulons donner à la recherche jusqu'en 2017. Il ne faut pas oublier qu'en plus de réaliser des projets et des activités, l'IRSST subventionne des chercheurs universitaires ou affiliés à d'autres centres de recherche; il faut donc que ces chercheurs externes, qui constituent une ressource indispensable, sachent dans quels domaines nous aurons besoin d'un avancement des connaissances.

Je vous invite à prendre connaissance de ce Plan quinquennal et à nous formuler vos commentaires le cas échéant. Pour ma part, je suis fière du travail effectué et je tiens à remercier, nos partenaires, mais aussi le personnel de l'IRSST, particulièrement celui de la Direction scientifique et de la Direction de la recherche et de l'expertise, qui s'est investi dans cette réflexion. En suivant ce plan - ce qui n'empêche pas d'être alerte et de l'amender en cours de route pour répondre à des besoins ponctuels ou à des demandes particulières - je suis convaincue que nous réaliserons pleinement notre mission, soit de contribuer, par la recherche, à la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles ainsi que la réadaptation des travailleurs qui en sont victimes.

 

Marie Larue