2017-07-01 12:00 - Messages

La maintenance: un ensemble d'activités à haut risque

Toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d'activité, sont concernées par la maintenance. Elle contribue à maintenir dans un état optimal de fonctionnement les équipements (par ailleurs de plus en plus complexes et coûteux), à préserver voire à améliorer la productivité, la qualité et la conformité des produits/services et, enfin, à garantir la sûreté des systèmes et la sécurité des personnels. Pourtant, les opérateurs de maintenance sont plus fréquemment accidentés que leurs collègues de production. Face à la diversité de leurs tâches et des risques associés à ces interventions, la prévention doit intervenir le plus en amont possible, dès la conception, l'acquisition ou la modification des biens et des équipements, en considérant la conception et l'aménagement des locaux et la mise en place d'une organisation du travail de maintenance adaptée.

Source: http://www.hst.fr/dms/hst/data/articles/HST/TI-DO-17/do17.pdf

Robotique collaborative

Évaluation des fonctions de sécurité et retour d'expérience des travailleurs, utilisateurs et intégrateurs au Québec
Depuis 2010, l'industrie utilise un nouveau genre de robot capable d'interagir avec les travailleurs en production ou simplement de partager le même espace de travail. On les appelle « robots collaboratifs » ou cobots. Le cobot se distingue des robots conventionnels par l'interaction entre la machine et le travailleur; il accompagne ce dernier, l'assiste ou l'aide à réaliser des tâches. Toutefois, ce changement technologique fait apparaître de nouveaux risques surtout en production : risques de collisions (puisque l'humain peut être en contact avec le cobot), risques de troubles musculosquelettiques (TMS) (même si le cobot est conçu pour les éviter, il faut savoir le manipuler correctement pour limiter ou éviter ces troubles), risques psychosociaux (stress lié aux mouvements du cobot et à sa cadence de production), etc. Face à cela, une étude exploratoire a été menée. Elle visait, d'une part, à émettre des recommandations en matière de sécurité au travail concernant la mise en œuvre de robots dans un contexte collaboratif et, d'autre part, à formuler des pistes de réflexion en vue d'outiller les intervenants au regard de l'implémentation d'installations cobotiques.

Source: http://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/100938/n/robotique-collaborative-securite-experience-travailleurs-integrateurs

Secteur minier - Approche intégrée de mesure de contraintes in situ par méthode inverse

La conception sécuritaire des excavations souterraines requises pour l'exploitation minière nécessite une bonne connaissance de l'état des contraintes naturelles du massif rocheux.
À ce jour, la seule façon de connaître ces contraintes avec une justesse acceptable consiste à réaliser des mesures in situ. Or, les techniques de mesure de contraintes couramment utilisées dans les mines du Québec se heurtent à des limites importantes sur le plan de la fiabilité et de la précision, ce qui laisse toujours planer un doute sur la validité des résultats obtenus, exposant par le fait même les travailleurs miniers à des risques potentiels difficiles à évaluer à la suite d'un relâchement local des contraintes.
La méthode proposée dans ce projet change radicalement la façon dont peuvent être interprétées les mesures de contraintes, non seulement à l'aide du doorstopper modifié, mais avec l'ensemble des techniques basées sur le principe de récupération. Ce changement n'exige aucun coût supplémentaire par rapport aux approches utilisées aujourd'hui.

Source: http://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/100933/n/secteur-minier-mesure-de-contraintes-methode-inverse

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives