2018-07-01 12:00 - Messages

The effect of active and passive occupational health and safety (OHS) training on OHS awareness and empowerment to participate in injury prevention among workers in Ontario and British Columbia (Canada)

Objective: To investigate whether differences in methods of Occupational Health and Safety (OHS) awareness training result in differences in worker awareness of rights and responsibilities and worker empowerment to participate in injury prevention.
Methods: Repeated cross-sectional surveys were conducted on 3911 working adults employed in two Canadian provinces – British Columbia and Ontario. Participants were asked if they had participated in OHS awareness training in the preceding 12?months. Using information on type of training received respondents were grouped into those receiving active and passive training. Adequacy of awareness of workplace hazards and empowerment to participate in injury prevention were measured by six and five statements respectively. Multivariable logistic regressions examined association between type of training and awareness and empowerment outcomes.
Results: In multivariable models workers who reported receiving OHS awareness training reported higher levels of OHS awareness compared to those who did not receive training, with the relationship being stronger for active training (OR?=?2.87, 1.96–4.21), and active and passive training (OR?=?2.22, 1.66–2.98), compared to passive only training (OR?=?1.52, 1.16–1.99). Only combined active and passive training was associated with higher empowerment (OR?=?1.70, 1.33–2.17), with estimates for other types of training being close to the null.
Conclusion: Exposure to OHS awareness training is associated with higher OHS awareness among workers in a broad range of occupations. Mode of training is important, with more active training associated with stronger impacts on awareness than passive training methods.

Source: Konijn, A. M., Lay, A. M., Boot, C. R. et Smith, P. M. (2018). Safety science, 108, 286-291.
https://doi.org/10.1016/j.ssci.2017.12.026

Effects of night-time on-call work on heart rate variability before bed and sleep quality in visiting nurses

Purpose: In Japan, many visiting nurses work carrying cell phones to respond to calls from users even at night (on-call work). The purpose of this study was to investigate whether on-call work affected heart rate variability (HRV) before bed and decreased sleep quality in visiting nurses even if their sleep was not interrupted due to actual calls.
Methods: Thirty-one visiting nurses (mean age, 49.8 years; standard deviation, 6.3 years) were asked to record their 2.5-min resting HRV before bed, and to undergo one-channel sleep electroencephalography (EEG) and subjective sleep evaluations upon waking (Oguri, Shirakawa, and Azumi Sleep Inventory) at home for 4–5 consecutive days, including both on-call and non-on-call days. Paired data sets of outcome measures, including HRV parameters, sleep macrostructure variables, and subjective sleep quality scores between on-call and non-on-call days were compared; the most recent measurements for each category were used for each subject.
Results: There were no differences in HRV measures and objective sleep EEG variables. A significant increase in “sleepiness on rising” and a decrease in “feeling refreshed” were observed on on-call days (P = 0.019 and 0.021, respectively), and younger subjects (≤ 51 years old) demonstrated a significant reduction in “sleepiness on rising” (significant interaction effect, P = 0.029).
Conclusions: Adverse effects of on-call work on sleep quality in most visiting nurses are thought to be subjective, and relatively young nurses tend to notice a decrease in sleep quality. On-call work itself does not appear to be a substantial stressor that could affect HRV and sleep structure.

Source: Kikuchi, Y., Ishii, N. et Kodama, H. (2018). International archives of occupational and environmental health (91).
https://doi.org/10.1007/s00420-018-1317-4

Safety training transfer: The roles of coworkers, supervisors, safety professionals, and felt responsibility

The aim of this study is to identify the influence of social dimensions of the work environment and the employees' felt responsibility on the transfer of safety training. We tested a model in which responses and reactions from safety players such as coworkers, supervisors, and safety professionals are positively related to the transfer of training (TT), through the mediating effect of the employees' felt responsibility and the moderating influence of supervisor support and sanctions. A two-time data collection was implemented among blue-collar employees, all low qualified, from four city councils who attended a fundamental safety training program delivered by in-house safety trainers, all safety professionals (n = 203). Data analysis revealed that (a) supervisors' safety responses, coworkers' safety responses, and safety professionals' reactions positively influenced the TT, an effect (b) mediated by employees' felt responsibility and (c) moderated by supervisor sanctions, but not by supervisor support. The results suggest that high sanctions enhance the positive effect of high self-responsibility on TT, and, importantly, aggravate the negative effect of low self-responsibility on TT. This is the first study to empirically test both the influence of felt responsibility and the safety professionals' reactions in the transfer process. Research should continue to examine the former construct's influence on the transfer process including, for example, its effect on supervisor support, and the latter as a safety-related social dimension variable of the work environment.

Source: Freitas, A. C., Silva, S. A. et Santos, C. M. (2018). Journal of Occupational Health Psychology.
http://dx.doi.org/10.1037/ocp0000125

Alcohol and Drug Guidelines and Work Rule : Canadian Model for Providing a Safe Workplace

The Canadian Model for Providing a Safe Workplace (the Canadian Model) is a Best Practice Alcohol and Drug Policy that stakeholders in the Canadian construction, maintenance and oil and gas industries can adopt and follow. The purpose of the Canadian Model is to ensure a safe workplace for all workers by reducing the risks associated with the inappropriate use of alcohol and drugs. This sixth version, issued on July 1, 2018, is issued jointly by COAA and Energy Safety Canada.

Source: https://www.coaa.ab.ca/library/canadian-model-version-6/

Portrait du risque de maladie cardiovasculaire chez des pompiers du Québec

Il était pertinent de réaliser une étude ayant pour objectif de dresser le portrait du risque de maladie cardiovasculaire d'une cohorte de pompiers québécois, sachant que la crise cardiaque est la principale cause de décès au travail chez les pompiers et que la présence d'une maladie cardiovasculaire augmente le risque de crise cardiaque au travail.
Sept cent soixante-dix-neuf (779) pompiers ainsi que quarante et une (41) pompières ont répondu au questionnaire. Les données ont été recueillies à l'aide d'un questionnaire en ligne, aux mois de novembre et décembre 2015.

Source: https://www.apsam.com/sites/default/files/docs/clienteles/pompiers/uqtr-portrait-risque-maladie-cardiovasculaire-pompiers-quebecois.pdf

Portrait du risque de maladie cardiovasculaire chez des policiers du Québec

Il était pertinent de réaliser une étude ayant comme objectif de dresser le portrait du risque de maladie cardiovasculaire d'une cohorte de policiers québécois, sachant que la crise cardiaque est une cause importante de décès au travail chez les policiers et que la présence d'une maladie cardiovasculaire augmente le risque de crise cardiaque au travail.
Deux mille quatre-vingt-dix-neuf (2099) policiers ainsi que sept cent cinquante-six (756) policières ont répondu au questionnaire en ligne. Les données ont été recueillies aux mois de novembre et décembre 2015 ainsi que janvier 2016.

Source: https://www.apsam.com/sites/default/files/docs/clienteles/policiers/uqtr-portrait-risque-maladie-cardiovasculaire-policiers-quebecois.pdf

La gestion des risques psychosociaux sur les lieux de travail en Europe

Éléments de preuve issus de la deuxième enquête européenne des entreprises sur les risques nouveaux et émergents (ESENER-2)
Ce rapport examine les facteurs entravant la gestion des risques psychosociaux sur les lieux de travail et ceux qui la favorisent, ainsi que l'incidence de contextes nationaux et organisationnels différents. Les travailleurs sont de plus en plus exposés aux risques psychosociaux. Cependant, le niveau de ces risques et l'efficacité de leur gestion varient en fonction des secteurs et des pays.
Se fondant sur les conclusions d'une analyse quantitative de données issues de l'ESENER-2, combinées à d'autres données par pays, le rapport montre que le contexte national (à savoir la culture, l'économie ainsi que les initiatives en matière de santé et de sécurité au travail des partenaires sociaux) est lié au niveau de gestion des risques psychosociaux sur les lieux de travail. Il révèle également que l'engagement de la direction et la participation des travailleurs sont probablement les facteurs organisationnels qui contribuent le plus efficacement à la gestion des risques psychosociaux, indépendamment du contexte national. Les conséquences pratiques de ces conclusions sont également étudiées.

Source: https://osha.europa.eu/fr/tools-and-publications/publications/executive-summary-management-psychosocial-risks-european/view

Quels liens entre les usages professionnels des outils numériques et les conditions de travail ?

En constante progression depuis la fin des années 1990, l'usage des outils informatiques, messageries et réseaux continue de se généraliser dans le quotidien d'une majorité de salariés, s'accompagnant de modifications notables de leurs conditions de travail.
Le taux d'utilisation de ces technologies varie cependant d'une catégorie socioprofessionnelle à une autre : en 2013, plus de 90 % des cadres sont ainsi connectés contre un peu plus de 10 % des ouvriers. Il existe
également une grande hétérogénéité selon que l'utilisateur est mobile ou sédentaire, connecté ou non à un réseau et a un usage de ces technologies peu intensif, modéré ou intensif.
Les usages des technologies de l'information et de la communication étant associés à un contexte de travail spécifique, ils peuvent être corrélés au développement de l'autonomie au travail, d'un sentiment de satisfaction ou d'une relation de confiance entre l'entreprise et le salarié, ou, au contraire, à des conditions de travail dégradées et des facteurs de risques psychosociaux.
L'usage d'outils numériques permettant le travail mobile est fortement corrélé à une charge de travail et une charge mentale importantes, ainsi qu'à des situations fréquentes de débordement du travail sur la sphère privée. Ces conditions de travail exigeantes sont néanmoins contrebalancées par une plus grande autonomie et récompensées par un fort sentiment de reconnaissance professionnelle.
Malgré des postes en apparence plutôt routiniers et une pénibilité physique moindre que les autres utilisateurs d'outils numériques, les utilisateurs d'outils numériques connectés mais sédentaires déclarent avoir une charge de travail importante, et quand l'utilisation dépasse 7 heures par jour, relativement plus de pression au travail que les autres utilisateurs sédentaires. En dépit de marges de manoeuvre relativement importantes, ces salariés ne bénéficient pas d'autant de reconnaissance que les utilisateurs d'outils mobiles.
Catégorie moins visible, les salariés équipés d'outils informatiques mais ne disposant pas de messagerie électronique ni d'accès à Internet cumulent contraintes physiques et travail intense, faibles marges de manœuvre et soutien social faible. Face à un travail prescrit et normé, et malgré des cadences élevées, leur sentiment de pression au travail ou de charge de travail excessive est néanmoins plus faible que celui du
reste des utilisateurs d'outils informatiques.

Source: http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2018-029.pdf

La vie cinq ans après un diagnostic de cancer

Une deuxième enquête VICAN5 (cinq ans après le diagnostic) a été réalisée en 2015, dans la continuité de l'enquête VICAN2 réalisée en 2012 auprès de malades vivant en France métropolitaine. En continuant de s'appuyer sur la trame développée dans la restitution des données de la première enquête, les résultats présentés dans cet ouvrage tentent d'évaluer les changements survenus dans la vie des personnes au cours de cet intervalle allongé.

Source: http://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/La-vie-cinq-ans-apres-un-diagnostic-de-cancer-Rapport

Conditions de travail : une autonomie en recul mais une ambiance de travail moins tendue

Enquête Conditions de travail et risques psychosociaux 2016
Cet article présente les premiers résultats de l'enquête Conditions de travail et risques psychosociaux 2016, qui s'inscrit dans la suite des enquêtes Conditions de travail menées depuis 1978 en France. Les résultats sont présentés en évolution et, par conséquent, concernent plutôt les questions historiques des enquêtes menées de 1984 à 2016, questions pour lesquelles des comparaisons en évolution sont possibles.
L'étude a porté sur 21 000 salariés, représentatifs de 22,8 millions de salariés, interrogés en face à face entre octobre 2015 et juin 2016. Les thèmes abordés dans l'enquête concernaient les horaires et l'organisation du temps de travail, l'organisation et les rythmes de travail, les pénibilités, les risques et leur prévention, les contraintes psychosociales, les relations avec le public, la violence au travail. Un auto-questionnaire, rempli par l'enquêté, regroupait les questions les plus sensibles (suicide, comportements hostiles, discriminations).

Source: Beque M, Mauroux A. (2018). Bull Epidémiol Hebd. (12-13), 221-227.
http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2018/12-13/2018_12-13_2.html

Conséquences de la survenue du cancer sur les parcours professionnels

Une analyse sur données médico-administratives
Ce rapport étudie les effets à court et moyen termes de la survenue d'un cancer sur l'emploi et l'activité. Il utilise la base de données Hygie, produite par l'Irdes à partir des données administratives de la Caisse nationale de l'Assurance maladie et de la Caisse nationale d'assurance vieillesse. Hygie permet de reconstituer la carrière de l'individu ainsi que les événements de santé.
Une première partie exploite la dimension rétrospective liée à la carrière et confirme l'effet pénalisant du cancer sur l'activité et l'augmentation des arrêts maladie. Les résultats d'un modèle de double différence avec appariement exact montrent la persistance des effets de la maladie sur l'éloignement du marché du travail, la probabilité d'être employé au moins un trimestre dans l'année diminuant jusqu'à un horizon de cinq ans. Nous mesurons également l'effet des douze cancers les plus prévalents dans la base Hygie et de maladies chroniques ayant un impact potentiel sur le marché du travail. Les effets les plus marqués sont relatifs au cancer du poumon et des bronches, à la schizophrénie et au VIH. Les maladies chroniques autres que le cancer ont des effets nettement plus atténués probablement parce que leurs traitements au long cours améliorent la qualité de vie.

Source: http://www.irdes.fr/recherche/rapports/568-consequences-de-la-survenue-du-cancer-sur-les-parcours-professionnels.pdf

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives