La souffrance au travail des soignants

Une analyse des conséquences délétères des outils de gestion
L'évolution des réformes hospitalières conduit désormais les établissements de santé à être jugés sur la production de leur activité de soins et la performance économique obtenue par celle-ci. De ce fait, les soignants sont confrontés à des paradoxes souvent difficiles à dénouer performance économique versus qualité, cadres réglementaire et normatif versus personnalisation de la prise en charge, cloisonnement professionnel versus continuité de l'intervention auprès de patients, valeurs organisationnelles versus valeurs professionnelles. Le métier de soin se déqualifie : on exige des soignants de devenir des gens "efficaces" au regard non plus du travail sur l'humain mais de la gestion des coûts de leur activité de soin.
Cet article s'interroge sur l'impact des mutations hospitalières sur la santé des soignants. Il investigue plus spécifiquement le lien entre les modes d'accompagnements managériaux de ces transformations et l'altération de la santé au travail du personnel hospitalier. Il prend appui sur une étude menée auprès de 28 infirmiers et aide-soignants d'un établissement médico-social semi-public. Les résultats montrent que les réformes épuisent à la fois les ressources organisationnelles et les ressources subjectives, qui permettent pourtant à l'individu de se définir. La recherche montre également que la souffrance au travail est le fruit de déficits dans le rôle de l'encadrement de proximité. Ce dernier, sur-sollicité par des outils et logiques gestionnaires, s'éloigne des difficultés de l'activité quotidienne de soins et de la nécessaire régulation locale que ces dernières imposent.

Source : http://nrt.revues.org/1042

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives