2011-06-01 12:00 - Messages

Conditions de travail et santé dans les centres d'appels téléphoniques

À la demande d'une quarantaine de médecins du travail préoccupés par les conditions de travail dans les centres d'appels téléphoniques (CT) et la santé des téléopérateurs (TO), une enquête épidémiologique a été conduite par l'INRS. Il s'agit d'étudier, chez des TO, les relations entre, d'une part des contraintes de travail perçues et des marqueurs de santé et d'autre part, des facteurs organisationnels (FO) déclarés par les responsables de plateaux et des contraintes au travail perçues par les TO. Il s'agissait donc de mettre en évidence les caractéristiques organisationnelles qui ont des conséquences, via les contraintes, sur la santé en tenant compte des principaux facteurs de confusion. Quatorze FO ont été identifiés comme étant les plus souvent associés aux contraintes. Par ailleurs cette étude met en évidence que les relations entre FO et marqueurs de santé ne sont pas directes et passent le plus souvent par la perception des contraintes. Malgré son caractère transversal, cette étude permet de conclure sur le rôle de certains FO et l'implication de certaines contraintes dans l'apparition de problèmes de santé ouvrant des perspectives de prévention primaire et secondaire tant individuelle (dépistage, surveillance...) que collective (évaluation des conditions de travail et de la santé). Le questionnaire sur les caractéristiques organisationnelles, spécialement élaboré, sera bientôt accessible, et pourra être un instrument utile pour les évaluations de terrain.

Source : http://www.inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/inrs01_catalog_view_view/D9CF374CB344FA9DC12578BE004709DB/$FILE/tf191.pdf

Review of safety resources for recent immigrants entering the Canadian workforce

This national scan from the Institute for Work & Health looks at some of the services, programs and resources on occupational health & safety and workers' compensation that are available to recent immigrants to Canada. It discusses trends in the types of resources available, identifies important gaps and highlights case studies of programs that present interesting opportunities for providing this information to newcomers.

Source : http://www.iwh.on.ca/other-reports

Un projet lorrain pour concilier lean et amélioration des conditions de travail

Des PME lorraines ayant mis en oeuvre des démarche lean constatent une amélioration de la productivité, mais un aussi un impact sur la santé des salariés. Avec l’appui de l’ARACT, une action régionale vise à cerner les conditions d'un déploiement intégrant l'ensemble des dimensions de la performance. Certaines de ces entreprises s’interrogent aujourd’hui sur les effets possibles de ces démarches. Elles notent, certes, les effets bénéfiques dans un premier temps des réorganisations en matière de qualité et de productivité. Mais constatent également dans la durée des dégradations dans l’organisation de la production ou du climat social : tensions, conflits, stress, …

Source : http://www.anact.fr/web/actualite/essentiel?p_thingIdToShow=19629575

 

Motivation, attitudes, perceptions and skills: pathways to safe work

There is a wealth of information on workplace culture, interventions, capacity building and managing work health and safety risks. Less is known about socio-psychological factors, such as motivation, attitudes and perceptions that influence work health and safety policy, procedures, processes and outcomes. The main aim of the Motivations, Attitudes, Perceptions and Skills (MAPS) project was to collect information on the drivers of work health and safety behaviour and provide findings which will encourage policy discussion and inform the development and implementation of work health and safety policies and procedures. The Australian National University was contracted to conduct an in-depth analysis of the MAPS data. Several socio-psychological factors were found to have an important influence on work health and safety: leadership where managers value safety for its own sake, communication across levels of the organisation, formal structures in place within an organisation to ensure that safety issues are not overlooked and workers' voices are heard, and an appreciation among individuals of safety issues and adoption of a personal priority for safety that is developed and nurtured within the work context.

Source : https://www.safeworkaustralia.gov.au/doc/motivation-attitudes-perceptions-and-skills-pathways-safe-work

Risques psychosociaux : outils d'évaluation

La dernière édition de la revue Documents pour le médecin du travail (no 125, 1er trimestre 2011) propose quatre articles dans une série qui analyse les questionnaires utilisés dans les démarches de diagnostic et de prévention du stress et des risques psychosociaux au travail. 

  • Guide d'indicateurs de dépistage des risques psychosociaux
  • Job content questionnaire (JCQ) : questionnaire dit de Karasek
  • Déséquilibre 'efforts/récompenses' (Questionnaire dit de Siegrist)
  • Perceived Stress Scale (PSS). (Échelle de stress perçu)

Source :  http://www.inrs.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParIntranetID/OM:Rubrique:44F0B1EBF3CEF4BEC1256F5B003C4651/$FILE/Visu.html

Risques psychosociaux – Un premier rapport voté par l’Assemblée nationale (France)

Après le sénat, l’Assemblée nationale se penche sur les risques psychosociaux (RPS) au travail. Le 25 mai, sa Commission des Affaires Sociales a voté un rapport d’information sur le sujet (stress, harcèlement, agressivité…) présenté par le député Guy Lefrand. Parmi les mesures phares : une plus grande sensibilisation des employeurs, l’amélioration de la reconnaissance des victimes et la création du label « santé et qualité de vie au travail ». Les coûts humains et économiques des RPS pour les entreprises sont très importants. On estime que 20 % des arrêts de travail de plus de 45 jours y sont liés, ce qui représente plus 2 milliards d’€ de dépense chaque année. La Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale propose ainsi d’améliorer la prévention des risques psychosociaux en améliorant la connaissance de cette problématique, en impliquant davantage les employeurs (inscription dans le Document Unique) et en les sensibilisant aux conséquences en cas de manquement à leurs obligations. Parmi les moyens avancés : le renforcement du rôle du CHSCT (élection des membres par les salariés, accroissement de ses possibilités d’actions, meilleure formation des élus) et du dialogue social dans l’entreprise. L’opposition demande, quant à elle, la création d’un fonds d’indemnisation alimenté par les entreprises sur la base d’indicateurs tels que le turnover et l’absentéisme, révélateurs d’une situation de stress au travail. Elle n’accepte pas de s’associer aux conclusions de ce rapport qui se limite à une sensibilisation.

Source : http://www.preventica.com/actu-enbref-risques-psychosociaux-vote-assemblee-nationale-1070611.php

Emploi des « seniors » et conditions de travail : une étude statistique comparative entre pays d’Europe

L'emploi des âgés constitue une préoccupation croissante, notamment pour les institutions internationales, pour deux raisons essentielles : d’une part, la structure démographique de la main-d’œuvre se déplace vers les âges élevés, parce que la natalité dans les cohortes correspondantes – les natifs des années 50 ou 60 – a été plus élevée que dans les décennies suivantes, avec des écarts divers selon les pays industrialisés; d’autre part, l’allongement de la vie professionnelle est souvent préconisé pour faire face aux préoccupations concernant le financement des pensions de retraite. En Europe, avec la définition d’une stratégie commune pour l'emploi, l'objectif d’un maintien des « seniors » au travail est devenu explicite (Jolivet, 2002). L'Union européenne s'est dotée de deux objectifs : un taux d'emploi moyen de 50 % pour les personnes de 55 à 64 ans a été affiché lors du Conseil européen de Stockholm en 2001; et un relèvement progressif d'environ 5 ans de l'âge moyen de sortie de l'activité lors du Conseil de Barcelone en 2002. Dans les deux cas l’horizon fixé était 2010. À peu près à mi-parcours, en 2005, date sur laquelle portera l’étude présentée ici, l’Europe était loin d’atteindre cette cible : le taux d’emploi des 55-64 ans était de 42,5 %.

Source : http://www.pistes.uqam.ca/v13n1/articles/v13n1a6.htm

 

Sondage exclusif ANACT-TNS SOFRES : comment les salariés envisagent l'allongement de la vie professionnelle ?

Dans le cadre de la 8e édition de la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail, le Réseau ANACT pour l’amélioration des conditions de travail a réalisé avec l’institut TNS Sofres, un sondage auprès des salariés sur l’allongement de la vie au travail. 800 salariés ont été interrogés par téléphone à leur domicile du 21 au 29 mars 2011. L’échantillon est représentatif des salariés français actifs occupés de 18 ans et plus – méthode des quotas : sexe, âge, profession, statut professionnel et stratification par région. On y traite notamment des aspects suivants :

  • Perception générale sur l’allongement de la vie au travail
  • Santé et allongement de la vie au travail
  • Développement des compétences et implication jusqu’à la fin de la vie professionnelle
  • Comment favoriser l’allongement de la vie professionnelle ?

Source: http://www.qualitedevieautravail.org/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=59&Itemid=87&9232e21546c9d3f6374c289a744020a5=48a9a650e692175f9350d815e8b44cac

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives