2019-06-01 12:00 - Messages

De la production au traitement des déchets de nanomatériaux manufacturés

Les nanodéchets peuvent présenter un risque potentiel pour les salariés qui les produisent, mais également pour les travailleurs amenés à les collecter, à les entreposer, à les transporter et à les traiter, que ce soit dans les usines d'incinération, les installations d'enfouissement ou les entreprises de recyclage.
Ce guide est destiné à apporter des éléments d'aide au repérage des risques et au choix des mesures de prévention adaptées à l'ensemble des salariés concernés par la production et la gestion de nanodéchets, en s'appuyant sur les différentes filières de collecte, de valorisation et d'élimination possibles.

Source: http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%206331

Évaluation du suivi post-exposition amiante de techniciens en télécommunications

Objectifs: Nous avons cherché à évaluer les avantages de la surveillance post-exposition à l'amiante après application des directives de la Haute Autorité de santé (HAS). Nous avons évalué le suivi et les résultats des scanners thoraciques (CTscan) réalisés dans ce cadre pour une entreprise de télécommunications, ainsi que ces conséquences sur le nombre de déclarations en maladies professionnelles.
Méthode: Il s'agit d'une enquête rétrospective pour des salariés toujours en activité (ancienneté moyenne dans l'entreprise 35 ans) menée sur l'étude des dossiers médicaux entre janvier 2012 et décembre 2017. Un questionnaire, rempli par le médecin ou l'infirmière, concernait tous les salariés pour lesquels une notion d'exposition à l'amiante avait été tracée (exposition faible, intermédiaire ou forte au sens de la conférence de consensus). Étaient notamment recherchées la réalisation de scanners thoraciques et l'orientation en consultation de pathologie professionnelle, ainsi que l'analyse des résultats.
Résultats: Deux-mille questionnaires ont été complétés, on compte 749 résultats de scanners : 97 % pour des salariés ayant été exposés de façon intermédiaire et 3 % en exposition forte. Dans le cadre du suivi, il y a 50 % de scanners directement prescrits par le médecin du travail dont 18 % n'ont pas été réalisés soit par refus du salarié, soit ultérieurement programmé. La moitié d'entre eux a été orientée directement en consultation de pathologie professionnelle dont 22 % sans retour de scanner (refus du salarié ou estimation d'exposition jugée trop faible par le spécialiste). Sur les 749 scanners réalisés : 33 % présentaient des résultats anormaux ; 4,2 % montraient des anomalies pleurales (en particulier 2,6 % épaississement/plaques) ; 27 % montraient des anomalies parenchymateuses (essentiellement des nodules pour 16 %, 5,5 % d'emphysèmes et 0,4 % de carcinomes bronchopulmonaires) et 1,3 % montraient des images interstitielles. Une déclaration de maladie professionnelle a été faite pour 30 % des salariés ayant présenté une anomalie scanographique pouvant être supposée due à l'exposition (plaque, image interstitielle, carcinome).
Discussion: Le suivi post-exposition tel que recommandé par la HAS est pertinent pour cette entreprise. Les résultats suggèrent qu'il existe une sous-déclaration en maladie professionnelle notamment pour les salariés fonctionnaires.

Source: Ruiz, J. F., Gouyet, T., Couchoud, C. C., Nayrat, C., Vuillaume, F., Jouvenne, I., ... et Husson, B. (2019). Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement, 80(3), 210-221.
https://doi.org/10.1016/j.admp.2019.01.009

NF EN 17199-3 - Mesurage du pouvoir de resuspension des matériaux en vrac contenant des nano-objets et leurs agrégats et agglomérats (NOAA) ou autres particules en fraction alvéolaire

Le présent document décrit la méthodologie permettant de mesurer le pouvoir de resuspension de matériaux en vrac contenant ou émettant des NOAA ou autres particules en fraction alvéolaire dans des conditions normalisées et reproductibles et spécifie, à cette fin, le but de la méthode de la chute continue. Le présent document spécifie le choix des instruments et dispositifs ainsi que les procédures de calcul et d'expression des résultats. Il fournit également des lignes directrices concernant l'évaluation et la consignation des données. La méthodologie décrite dans le présent document permet : le mesurage des fractions massiques des poussières alvéolaires et, facultativement, inhalables ; le mesurage de l'indice du pouvoir de resuspension en nombre des particules dans la plage granulométrique comprise entre environ 10 nm et 1 micron m ; le mesurage du taux d'émission en nombre des particules dans la plage granulométrique comprise entre environ 10 nm et 1 micron m ; le mesurage de la distribution granulométrique en nombre des particules d'aérosol libérées dans la plage granulométrique comprise entre environ 10 nm et 10 micron m ; et la collecte des particules en suspension dans l'air libérées dans la fraction massique des poussières alvéolaires pour des observations et une analyse supplémentaires par microscopie électronique. Le présent document est applicable aux essais relatifs à une gamme étendue de matériaux en vrac, y compris des matériaux granulaires, en poudre ou sous forme de pastilles contenant ou émettant des NOAA ou autres particules en fraction alvéolaire sous formes revêtues, non revêtues, liées et non liées. Aucun système de classification basé sur le nombre en termes d'indices de pouvoir de resuspension ou de taux d'émission n'a encore été établi. Dès lors que des données de mesure seront disponibles en grand nombre, il est prévu de réviser le présent document et d'introduire un tel système de classification, le cas échéant. Les méthodes spécifiées dans le présent document n'ont pas été évaluées pour les nanofibres et les nanofeuillets.

Source: https://www.boutique.afnor.org/norme/nf-en-17199-3/exposition-sur-les-lieux-de-travail-mesurage-du-pouvoir-de-resuspension-des-materiaux-en-vrac-contenant-des-nano-objets-et-leurs/article/910813/fa187163

Transformation du granit - Caractérisation et contrôle de la poussière de la silice émise par le polissage

La présente étude contribue à l'avancement des connaissances nécessaires pour déterminer des moyens d'élimination et de réduction à la source des poussières fines et ultrafines contenant de la silice cristalline et qui sont émises lors de la transformation du granit. L'élimination et la réduction à la source des émissions sont les moyens privilégiés pour assurer un environnement de travail sain et sécuritaire; l'utilisation des équipements de protection individuelle demeurant la dernière solution à adopter en milieu de travail.
Pour parvenir à des solutions efficaces, une étude a d'abord été réalisée en laboratoire, portant sur 1) la caractérisation, 2) le contrôle de la poussière de silice cristalline émise par les opérations de polissage à sec et humide. La caractérisation des poussières fines et ultrafines émises par le polissage était nécessaire puisque les solutions de contrôle des émissions dépendent de la granulométrie et de la concentration des polluants émis par le procédé de polissage. Les moyens de contrôle des émissions incluaient la modification de certains paramètres de travail (vitesse de rotation et vitesse d'avance du procédé de polissage, polissage à sec ou par voie humide, quantité d'eau).

Source: https://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/101030/n/granit-controle-de-poussiere-silice-polissage

Assessment of Occupational Exposure to Organic Flame Retardants: A Systematic Review

Background: Flame retardants (FRs) are widespread in common goods, and workers in some industries can be exposed to high concentrations. Numerous studies describe occupational exposure to FRs, but the diversity of methods and of reported results renders their interpretation difficult for researchers, occupational hygienists, and decision makers.
Objectives: The objectives of this paper are to compile and summarize the scientific knowledge on occupational exposure to FRs as well as to identify research gaps and to formulate recommendations.
Methods: Five databases were consulted for this systematic literature review (Embase, Medline [Pubmed], Global health, Web of Science, and Google Scholar), with terms related to occupational exposure and to FRs. Selected studies report quantitative measurements of exposure to organic FRs in a workplace, either in air, dust, or in workers' biological fluids. The Preferred Reporting Items for Systematic reviews and Meta-Analyses statement guidelines were followed.
Results: The search yielded 1540 published articles, of which 58 were retained. The most frequently sampled FRs were polybrominated diphenyl ethers and novel brominated FRs. Offices and electronic waste recycling facilities were the most studied occupational settings, and the highest reported exposures were found in the latter, as well as in manufacturing of printed circuit boards, in aircrafts, and in firefighters. There were recurrent methodological issues, such as unstandardized and ill-described air and dust sampling, as well as deficient statistical analyses.
Conclusions: This review offers several recommendations. Workplaces such as electronic waste recycling or manufacturing of electronics as well as firefighters and aircraft personnel should be granted more attention from researchers and industrial hygienists. Methodical and standardized occupational exposure assessment approaches should be employed, and data analysis and reporting should be more systematic. Finally, more research is needed on newer chemical classes of FRs, on occupational exposure pathways, and on airborne FR particle distribution.

Source: Gravel, S., Aubin, S. et Labrèche, F. (2019). Annals of work exposures and health, 63, 386-406.
https://doi.org/10.1093/annweh/wxz012

Effects of occupational exposure to respirable quartz dust on acute myocardial infarction

Objectives: The aim of this study is to investigate the effects of occupational exposure to respirable quartz (RQ) on first acute myocardial infarction (AMI). RQ causes pulmonary diseases like silicosis and has also been linked to cardiovascular diseases. Inflammation is hypothesised as the underlying pathway.
Methods: We performed a 1:3 matched case–control study nested in a cohort of male uranium miners. We included cases (identified from hospital records and validated according to WHO criteria) who had suffered their first AMI while still employed and <65 years of age. Controls were matched by date of birth and Wismut recruitment era. RQ exposure was derived from a job-exposure matrix. We performed a conditional logistic regression adjusted for smoking, metabolic syndrome and baseline erythrocyte sedimentation rate. Subgroups by date of birth and Wismut recruitment era were analysed to minimise the impact of pre-exposures.br> Results: The study base comprised 292 matched sets. The cumulative exposure ranged from 0 to 38.9 mg/m³-years RQ. The adjusted OR of the highest RQ tertile (>14.62 mg/m³-years) was 1.27 (95% CI 0.82 to 1.98). However, for miners born after 1928 and hired in the earliest recruitment era (1946–1954), a significantly elevated risk was seen in the highest RQ tertile (OR=6.47 [95% CI 1.33 to 31.5]; 50 matched sets).
Conclusions: An impact of quartz dust on first AMI was observed only in a small subgroup that had virtually no pre-exposure to RQ. Further studies on the basis of complete occupational history are required to substantiate this finding.

Source: Gellissen, J., Pattloch, D. et Möhner, M. (2019). Occupational and environmental medicine, 76(6), 370-375.
http://dx.doi.org/10.1136/oemed-2018-105540

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives