Surveillance biologique de l’exposition professionnelle (SBEP) aux médicaments anticancéreux au sein d’un hôpital Mauritanien

Contexte: En Mauritanie, l'activité du Centre National d'Oncologie (CNO) n'a cessé de croître, entraînant une augmentation de la manipulation de médicaments anticancéreux (MAC). Dans ce contexte, la contamination des professionnels aux MAC a été évaluée.
Méthodes: L'intervention s'est déroulée en 2015, dans 2 services de soins, et a évalué des infirmiers (IDE) préparant et administrant des MAC et des agents en charge de l'hygiène (AH). Chaque participant a fourni un prélèvement urinaire en fin de poste et fin de semaine. Cinq molécules ont été recherchées à l'aide de méthodes spécifiques, de haute sensibilité (UHPLC-MS/MS) avec des limites de quantification (LQ) très basses (cyclophosphamide [CP], ifosfamide [IF], méthotrexate [MTX] : 2,5 ng/L ; doxorubicine [Doxo] : 10 ng/L ; alpha-fluoro-béta-alanine [FBAL, métabolite du 5-fluoro-uracile] : 20 ng/L). Un sujet était considéré comme « contaminé » dès lors qu'un MAC était détecté à une concentration urinaire ≥ la LQ ou à l'état de traces.
Résultats: Douze personnes ont participé (6 IDE, 6 AH) et 12 échantillons urinaires ont été recueillis et analysés. Le pourcentage de contamination interne était de 66,6 % pour l'ensemble des participants (n = 8/12), 100 % pour les IDE (6/6) et 33 % pour les AH (2/6). Chez 62,5 % (u = 5/8) des sujets contaminés, 2 à 4 des MAC recherchés ont été détectés dans les urines. Le CP a été retrouvé dans les urines de tous les sujets contaminés. Le FBAL a été retrouvé chez 4 sujets, le MTX chez 3, la Doxo chez 1. Seul l'IF n'a pas été détecté dans les échantillons. Les niveaux de concentrations urinaires (toutes molécules confondues) s'étendaient de 3 à 844 ng/L pour les IDE et de 3 à 44 ng/L pour les AH. Les valeurs médianes des concentrations urinaires étaient respectivement de 87 ng/L, 15,1 ng/L et 4,4 ng/L pour le FBAL, le CP et le MTX. La valeur de la Doxo était 218 ng/L.
Discussion: Il n'existe pas à ce jour de valeur biologique d'interprétation (VBI) mais la contamination de ces personnels est avérée puisqu'un ou plusieurs MAC ont été détectés à l'état de traces dans les urines ou à une concentration urinaire supérieure ou à égale à la LQ de la méthode analytique qui doit être la plus basse possible. Cependant, étant donnée la dangerosité des MAC, la mise en place de mesures correctives est indispensable auprès de ce personnel. La SBEP est l'outil de choix pour tracer les expositions insuffisamment maîtrisées et constitue un signal d'alarme. Ces résultats démontrent la nécessité de sensibiliser les professionnels aux risques liés à la manipulation des MAC.

Source: Villa, A., Mohamedou, M., Pillière, F., Verdun-Esquer, C., Molimard, M., Sidatt, M. et Canal-Raffin, M. (2018). Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement, 79(3), 392.
https://doi.org/10.1016/j.admp.2018.03.397

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives