Radiofréquences et santé

Avec le développement et le déploiement des nouvelles technologies sans fil depuis une vingtaine d'années, un nombre croissant de systèmes de communication et d'interconnexions entre objets utilisent les ondes électromagnétiques dans le domaine des radiofréquences. Ainsi, il existe de nombreuses sources de radiofréquences dans notre environnement quotidien (téléphone mobile, antennes relais, Wi-Fi, etc.). Parmi celles-ci, le téléphone mobile est de loin la principale source d'exposition. Concernant la question des effets sanitaires des radiofréquences, il n'est pas possible aujourd'hui d'établir un lien de causalité entre les quelques effets biologiques décrits et d'éventuels effets sur la santé qui en résulteraient. Le risque de gliome n'est, quant à lui, pas significativement modifié par l'utilisation des téléphones mobiles en population générale pour des durées d'observation de moins de 15 ans. Cependant, les données disponibles actuellement ne permettent pas d'exclure, parmi les utilisateurs « intensifs », une augmentation d'incidence faible des gliomes ou un risque qui se manifesterait pour des durées d'induction supérieures à 15 ans. Face aux incertitudes qui entourent l'évaluation des risques liés aux radiofréquences, certaines personnes souhaitant réduire leurs expositions se dotent de dispositifs « anti-ondes ». Cependant, l'efficacité des dispositifs dits « anti-ondes » est loin d'être établie, leur usage pourrait même être contre-productif. Afin de maîtriser les niveaux d'exposition aux radiofréquences, l'ANSES recommande aux utilisateurs intensifs de téléphonie mobile de privilégier des téléphones mobiles affichant un faible niveau de DAS et d'utiliser un kit mains-libres.

Source: Fite, J., Doré, J.-F., Hours, M., & Merckel, O. (2015). Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement.
http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2015.03.004

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives