Allergie respiratoire professionnelle au cobalt

Le cobalt et ses composés ne sont que très rarement responsables de rhinite et/ou d'asthme professionnels. Dans les secteurs industriels exposant aux poussières de cobalt (principalement fabrication des métaux durs, usinage d'alliages spéciaux et de pièces en carbures métalliques frittés et polissage du diamant mais aussi utilisation de pigments dans l'industrie du verre et de la céramique et synthèse et conditionnement de sels de cobalt), c'est la conjonction d'un tableau clinique d'asthme et d'un poste de travail exposant à la poussière de cobalt qui doit faire évoquer le diagnostic d'asthme au cobalt.
La difficulté d'établir le diagnostic avec certitude du fait des différents mécanismes d'action possibles du cobalt (allergie IgE dépendante, hypersensibilité retardée, irritation...) ne doit pas retarder la mise en place des mesures de prévention.
Le tableau des maladies professionnelles n° 70 du Régime général de la Sécurité sociale indemnise la rhinite et l'asthme au cobalt.
Cette fiche annule et remplace la fiche TR 15, de même titre, et publiée en 1989.

Source: http://www.inrs.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/TR%2048/$File/tr48.pdf

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives