2011-06-01 12:00 - Messages

Le niveau vibratoire et sonore des équipements miniers n'est pas considéré lorsque vient le temps de choisir le matériel

Dans cette étude, plusieurs recommandations visant à réduire l’exposition des travailleurs miniers au bruit et aux vibrations  sont formulées.

Un total de 28 équipements miniers répartis dans 8 mines souterraines québécoises a été évalué. Pour les vibrations globales du corps, les équipements à risque élevé  (pour une exposition quotidienne de 8 heures) sont les rétrocaveuses (sur rails et sur roues), l’opération d’une foreuse à béquille sur une plateforme d’aluminium, les chargeuses-navettes de 6, 8 et 9 vg3 et certains véhicules de services ou de transport. Pour les vibrations main-bras, aucun des équipements évalués ne se situait dans la zone de risque élevé. En ce qui concerne le niveau de bruit, trois équipements se situaient dans la catégorie d’équipement très bruyant. Il s’agit des rétrocaveuses sur rails et sur roues ainsi que de l’opération d’une foreuse à béquille sur une plateforme d’aluminium.

 

 

Source : Évaluation des vibrations et du bruit des équipements miniers. Marcotte, Pierre; Ouellette, Sylvain; Boutin, Jérôme; LeBlanc, Gilles. Études et recherches / Rapport  R-682, Montréal, IRSST, 2011, 197 pages.

http://www.irsst.qc.ca/-publication-irsst-evaluation-des-vibrations-bruit-des-equipements-miniers-r-682.html

Les forts niveaux acoustiques présents dans les piscines intérieures poussent les personnes qui souhaitent communiquer à être plus bruyant individuellement (effet Lombard)

En effet, une meilleure qualité acoustique des piscines intérieures diminuerait le niveau de bruit grâce `s ls réduction de la réverbération,mais aussi grâce à celle du niveau sonore généré par chaque personne. Les piscines intérieures sont des lieux où la communication est primordiale, que ce soit pour l'enseignement, pour la diffusion de consignes de sécurité, mais aussi pour la communication entre surveillants en cas d'accident, par exemple. Les auteurs ont mesuré le niveau d'exposition au bruit des travailleurs affectés à quelques postes de travail représentatifs afin de documenter la situation de façon préliminaire. Ils ont constaté des signes d'un milieu très réverbérant. Malheureusement, les mesures pour estimer la durée de réverbération sont plus complexes qu'une simple mesure au sonomètre. La réverbération trop élevée étant une entrave à la communication dans le bruit, cette avenue devrait être explorée plus à fond.

Source : Bruit dans cinq piscines intérieures – Mesures des niveaux ambiants et de l'exposition sonore. Gaudreau, Marc-André; Sgard, Franck; Nélisse, Hugues; Boutin, Jérôme. Études et recherches / Rapport  R-681, Montréal, IRSST, 2011, 38 pages.

 Disponible à http://www.irsst.qc.ca/media/documents/PubIRSST/R-681.pdf

Hearing losses occur in firefighters during the early stages of their careers.

On a mean time of 4.1 years, there was deterioration in right and left ears, with the hearing loss in 8% of right and 13% of left ears falling into the 'warning' or 'referral' categories. Most research on firefighter hearing loss has concentrated on effects over a substantial part of, or entire, firefighting career. In this study, 118 firefighters in their early careers were examined for an LGV (large goods vehicle) licence. Mean time between examinations was 4.1 years (range 1.4-12.6 years). The differences in their hearing capacity showed statistical significance . Further work needs to be done to establish if this continues, and steps taken to reduce the noise hazard at work.

Source: Hearing losses in whole time firefighters occurring early in their careers. Ide CW. Occup Med (Lond). 2011 Jun 6. [Epub ahead of print]http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21652572

Employees working in high noise environments are at a higher risk for high blood pressure and myocardial infarction.

The cardiovascular effects of noise have been the source of growing interest in recent years. This is because evidence has increased that noise affects cardiovascular health. The long-term effects of chronic noise exposure at high noise levels have been studied in animals, showing permanent vascular changes and alterations in the heart muscle, which indicate an increased risk of cardiovascular mortality. Although the effects tend to be diluted in the occupational studies due to the 'healthy worker effect', epidemiological studies carried out in the occupational field have shown that employees working in high noise environments are at a higher risk for high blood pressure and myocardial infarction.

Source: Babisch W. Cardiovascular effects of noise. Noise Health [serial online] 2011 [cited 2011 Jun 16]; 13:201-4.

From: http://www.noiseandhealth.org/text.asp?2011/13/52/201/80148

An other study suggests that high-frequency hearing loss is a good biomarker of occupational noise exposure and that noise-induced hearing loss may be associated with the risk of hypertension. The association between occupational noise exposure and hypertension is inconsistent because of an exposure bias caused by outer-ear measurements of noise levels among workers. This study used hearing loss values (HLVs) measured at 4 kHz and 6 kHz in both ears as a biomarker to investigate the chronic effects of noise exposure on hypertension in 790 aircraft-manufacturing workers. The high hearing loss (HL) and median HL workers had nearly 1,5 fold higher risks of hypertension relative to the low HL workers.

Source: Chang TY, Liu CS, Huang KH, Chen RY, Lai JS, Bao BY. High-frequency hearing loss, occupational noise exposure and hypertension: a cross-sectional study in male workers. Environmental Health, 2011 Apr 25; 10:35.

http://www.ehjournal.net/content/10/1/35

 

Le risque « vibrations » est mal connu dans plusieurs entreprises

La métrologie de terrain complète les informations sur les performances annoncées par les constructeurs d'engins et permet d'initier un plan de prévention.  Des études ergonomiques et épidémiologiques d'entreprises utilisant des chariots automoteurs et des engins de chantier montrent qu'il est possible de réduire l'apparition de pathologies, en agissant sur la durée de la conduite, le réglage du siège, le mode de travail ou l'état du sol.

Source : Vibrations, chariots automoteurs et engins de chantier études épidémiologiques et ergonomique. Dupery, M et al. 2010-04-26 Dans Les actes du colloque  «Bruit et vibrations au travail», 2 au 4 mars 2011, Paris.

http://intellagence.eu.com/bvt2011/output_directory/cd1/data/articles/000036.pdf

Voir aussi : Vibrations, chariots automoteurs et engins de chantier : enquêtes épidémiologique, ergonomique et métrologique. Dupery I. et al. Études et enquêtes, INRS : TF 192, 2011, 14 pages.

http://www.dmt-prevention.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/DMT_TF%20192/$File/Visu.html

Phantom ring is not just a psychological issue, but also a physical one.

The tinnitus "sound" - described by most patients as a constant, high-pitched ring or hiss - is generated by neurons firing in the brain, not the ear.Whether tinnitus is linked to aging, injury or work conditions, it can wreak havoc on concentration and mental fitness. "Anybody who is exposed to loud noises is at risk," suggests says Dr. Miranda, including those who work in construction, transportation (such as in airports and road works), the resources sector (think logging and mining), or as musicians. "The emotional consequences of having tinnitus are very disruptive in the workplace," Dr. Roberts says. "It certainly is a cause for anxiety, depression and a lot of emotional distress," "It all boils down to whether the sounds you need to hear are in the frequency region of the tinnitus," suggests Dr. Roberts. "If you are a railroad engineer and you can't hear the whistle," either because of hearing loss or the frequency of the whistle, "that might be risky," he says. Dr. Miranda agrees, citing a worker with tinnitus who may not hear the high-frequency beeping that accompanies a reversing truck. Studies are shedding light on tinnitus, providing new understanding that may point the way to coping strategies for the age-old « phantom ring ».

Source: Jean Lian; OHS Canada; april-may 2011, vol. 27 no. 3.

http://www.ohscanada.com/issues/story.aspx?aid=1000407243

 

Une étude de l’INRS passe les transpalettes au crible

Le niveau vibratoire élevé auquel les conducteurs de transpalettes électriques sont soumis impose la mise en place d’actions de prévention. Tel est le constat de l’INRS à la suite d’une étude de comportement de 6 TEP (transpalettes électriques à conducteur porté). Les conducteurs de charriots sont plus souvent que les autres salariés soumis à des risques de lombalgies et autres mots de dos, de sciatiques, de radiculalgies crurales, de microtraumatismes de la colonne vertébrale…

L’étude confirme, en outre, que la vitesse de circulation et l’état du revêtement des voies empruntées sont les facteurs les plus influents sur l’exposition vibratoire du salarié.

Source : Communiqué de presse INRS – 17 mai 2011

http://www.preventica.com/actu-enbref-etude-inrs-transpalettes-3270511.php

Manufacturers’ data can seriously underestimate the risks associated with use of electric hammers.

 

The HSL interpretation of the application of the test code has resulted in emission values that better indicate the vibration risk. Comparing the HSL measured emission data with the vibration magnitudes measured at HSL during typical use showed a reasonable level of agreement. The HSL interpretation of the application of the test code has resulted in emission values that reach or exceed the upper quartile of HSL field magnitudes in most cases.

However, the large differences between HSL measured emission values and those determined by manufacturers have not been explained and suggest differences in interpretation or application of the standard test.

 

Source: Sue Hewitt, Emma Shanks, Richard Heaton, Mick Mole. RR868 - Evaluation of EN 60745 test codes - BS EN 60745-2-6:2003+A2:2009 concerning the vibration of hand-held electric hammers. Health and Safety Laboratory, 2011

 http://www.hse.gov.uk/research/rrhtm/rr868.htm

 

Une enquête française révèle que 39 % des travailleurs sont gênés par le bruit au travail

Le bruit au travail augmente de 24 % le risque d'accident avec arrêt de travail. Les ouvriers (57 % d’entre eux) et les personnes travaillant sur les chantiers (71%) sont incommodés par le bruit. De plus,  36 % des employés et 28 % des cadres supérieurs et professions intermédiaires souffrent des nuisances sonores. L’environnement de travail a aussi son importance : 51 % des travailleurs en aire ouverte ou centre d’appels, 47 % des salariés des ateliers de production et 18 % des personnes présentes dans un restaurant d'entreprise sont également gênés par le bruit.

Le bruit au travail entraîne des troubles tels qu’irritabilité, fatigue, migraine, acouphènes… S’il influe sur l’humeur (60 % des sondés), il augmente surtout de 24 % le risque d'accident avec arrêt de travail et serait responsable de 20 % des cas de surdité chez l'adulte (chiffres fournis par l’association JNA).

Source : http://www.preventica.com/actu-enbref-bruit-travail-journee-audition-5100311.php

Voir aussi : Nuisances sonores et gêne auditive. Enquête nationale JNA-IPSOS-REUNICA/ mars 2011. Résultats et synthèse. Enquête réalisée dans le cadre de la 14e édition de la journée nationale de l’audition, mars 2011.

http://www.audition-infos.org/jna/presse2/CP_PP_conf.pdf

Abonnement courriel

Messages récents

Catégories

Mots-Clés (Tags)

Blogoliste

Archives